Bleu Limite (1/3), 2019
Cyanotype sur cyanotype, 56 × 76 cm


Ce travail est une recherche sur la densité limite du Bleu de Prusse, pigment constitutif de la couche-image du cyanotype. Il est composé de trois tirages cyanotypes au format 56 × 76cm, dont chacun est le résultat des couchages, insolations et lavages successifs du procédé appliqué sur lui-même de façon répétitive.

La couleur, bleu cyan au premier passage, se densifie de plus en plus jusqu’à atteindre un extremum. Paradoxalement, plus les couches se superposent, plus le pigment est présent, mais la couleur elle, tend à s’effacer pour n’exprimer plus que sa vibration. Bornée par la résistance du support, elle se répand aussi dans la masse jusqu’à déborder le cadre de l’aplat.

Le cyanotype est un procédé qui s’appuie sur la photosensibilité des sels de fers, particulièrement aux ultraviolets long du spectre. Le support est enduit d’une solution de ferricyanure de potassium et de citrate de fer sous éclairage réduit. Le support sec est ensuite insolé, lavé à l’eau qui agit comme un révélateur, puis sêché. C’est cette dernière étape qui permettra l’oxydation de la couche-image en ferrocyanure ferrique, dit bleu de Prusse.